Melancholia

by Asthénie

supported by
YomaBarr
YomaBarr thumbnail
YomaBarr They took post black, blackened it up, soaked in ABM, added a melodic death riff here and there and haunted corish vocals and blended it all perfectly... well. Must be around the fifth time I'm trying to write something smart about this album and I apparently can't, so I better shut up saying only: I damn love it and it's in my 2019 top list, period.
Thoth’s Girl
Thoth’s Girl thumbnail
Thoth’s Girl I sincerely enjoyed every track on this album ❤️ - totally dig the guys vocals. It soothes my anger to hear him hollering. And the actual music is melodic and just beautiful. I recommend it.
/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Feel free to contact us via bandcamp message or email (anthrazitrecords@gmail.com).

    Includes unlimited streaming of Melancholia via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      €8 EUR or more 

     

1.
Nothing, I said nothing is wrong. Never. Nothing’s ever been. There is just nowhere I feel home. I’ve boarded myself inside ; behind those cold walls lies nothing but disappointment. Everything around me is moving. I am still. I’m still right here. Everything is constantly darkening. I am drowning in my self-hatred. A curled-up ball of patheticness. Everything is empty, everything is nothing. I don’t have the strength to get up anymore. Choked by anxiety. My body feels limp. Crippled. I have lost all direction, all track of time. I can feel my guts rotting beneath my skin. I get dragged into this void filled with emptiness. And there’s no way out. So I will drown. I know I will.
2.
Atrabilaire 01:31
3.
Abyssale 04:17
Mon regard se perd dans le vide de l’abîme où se perdent les âmes vidées de leur estime. Une part de moi à envie d’y sombrer, l’autre craint la chute. Avant, je contemplais de loin le néant. Maintenant, nous ne faisons plus qu’un. Hurlant du fond de l’abysse. Aucun son ne parvient à la surface. Je n’arrête plus de tomber, jamais je ne pourrais me relever.
4.
L'homme est mort. Mais courbé, il marche ; Insoucieux, sur ses épaules il porte la crasse des siècles, puanteur de son espèce. Tristesse, colère et solitude, comme unique gain. Tristesse, colère et solitude, car ici tout est vain. L'homme est mort, il n'est rien. La mort, dernière lueur, à ses cotés lui montre le chemin des exaltés. Elle qui fait se prosterner la vie, guidera ses pas vers la nuit. Enfin retentit sa dernière heure. L’obscurité sera sa dernière demeure. Désormais, plus rien ne reste, hormis le néant.
5.
280917 08:17
Rarement me suis-je senti si vide. À l’amour fraternel succède un rien béant. Tous ces souvenirs me paraissent si doux-amers ; tout ce qui m’entoure, si éphémère. Je me prends souvent à vouloir te parler, ou me dire à quel point tu aurais aimé quelque chose. Aimé la vie. Et même si je déteste ce sentiment, je veux que jamais il ne me quitte. Je veux que jamais tu ne me quittes.
6.
Éveil 02:55
7.
Refuge 07:15
Errance infinie, en quête d'un abri. Loin de la pâleur, des âmes qui m'entourent. Loin du bruit, de ma lente agonie. L'éveil d'un espoir : que tout ne soit pas teinté de noir ; l'éveil d'une folie : peut-on se préserver de l'oubli ? Quiétude ignorée jusqu'à présent, étreins-moi, même si ce n'est qu'un instant, envole ces doutes qui me rendent mourant, donne-moi une chance d'oublier l'antan. Une partie de moi s'envole avec toi, obscurité qui me noie : et si je n'étais plus rien, plus rien sans toi ? Je ne ressens aucune allégresse, si ce n’est dans l’ivresse. Peu importe ma véhémence, il n'y aura pas de délivrance. Pour moi, ici-bas, de refuge, il n'y a pas. Aucun refuge. Mon âme est damnée.
8.
Onirisme 09:28
Mon ascension semble interminable. J’observe, impuissant, ma peau fondre et ma chair voltiger, ne laissant derrière moi qu’un sillon pourpre. Mes os se détachent de moi avec fracas ; mes poumons se broient, pendant qu’autour de moi la chaleur devient un froid sidéral. Tandis que mes cendres pleuvent sur la Terre, et se mêlent aux vastes océans et aux mers, je ne vois plus que des points lointains ; étoiles inatteignables. Me voilà, libre. Me voilà. Seul. Je flotte sans fin. Ma vie n’est devenue qu’un unique cauchemar. Les rêveries me sont devenues des échappatoires ; Mais même dans mes fantasmes, la mort m’est une délivrance.

about

Composé et interprété par Asthénie.

Enregistré en février MMXIX, au Kid Studio près de Strasbourg.
Mixé par Lasse Lammert du LSD Studio à Lübeck.

Artwork de la couverture par Alexandre Berger.

credits

released April 7, 2019

Mathieu: basse & chant
Yann: guitare & chant
Quentin: guitare
Julien: batterie

visit: www.facebook.com/asthenie.band

license

all rights reserved

tags

about

Anthrazit Records

Black Metal label

contact / help

Contact Anthrazit Records

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Redeem code

Report this album or account

If you like Melancholia, you may also like: